*** J'ai classé ce sujet dans les plantes médicinales, or sachez qu'il n'en est rien ! Simplement, ses effets peuvent être soulagés par quelques plantes et autres trucs dont je vous ferai ici l'exposé.

Hommage à la calamité

Ça y est, je m'avoue vaincue ! L'herbe à puce, qui jonche inopinément nos parterres forestiers, est d'une telle plaie que (rarement vous m'entendrez dire une telle chose) j'aimerais la voir disparaître à jamais !

C'est que voyez vous, je "l'ai attrapé" cette maudite. Lors d'un séjour dans nos valeureux parcs provinciaux, notre site de camping était complètement entouré de cette petite vicieuse. Quelques pas pour aller cueillir les premières framboises de la saison et voilà que sans m'en rendre compte, je l'ai effleuré et elle m'a contaminée. Mon fils aussi d'ailleurs.

C'est que voyez-vous, ses effets ne se font sentir pour certain(e)s (comme moi d'ailleurs) que quelques jours plus tard. J'ai cru à tort que j'étais immunisé, ne sentent aucune démangeaison lors de ma découverte. Mais c'est qu'elle ne perd rien pour attendre !

herbe_a_pucesLe Rhadus radicans Linné var. rydbergii (synonyme : Toxicodendron rydbergii (Small))  appelé aussi Sumac grimpant, herbe à la puce ou bois de chien (Poison Ivy en anglais) est une plante bien connue au Québec. Il est cependant étonnant de constater à quel point peu de gens savent l'identifier avec certitude. Sa floraison est estivale et elle est présente dans à peu près tous les habitats.

L'herbe à la puce diffère de la majorité des plantes vénéneuses par ce fait qu'elle n'a pas besoin d'être consommée pour produire ses mauvais effets. Le contact suffit, et même beaucoup de gens déclarent qu'ils sont affectés par sa seule présence. Néanmoins, il est certain qu'il n'y a pas d'empoisonnement sans contact. Le poison est une huile non volatile a laquelle on a donné le nom de toxicodendrol. Cette huile ne peut se répandre dans l'air, mais elle se trouve dans toutes les parties de la plante, et une quantité minime, mise en contact avec la peau, produit une irritation douloureuse. De nombreux cas d'empoisonnement, qui paraissent n'admettre d'autre explication que la transmission par 1'air, ont pour cause le contact des chaussures ou des vêtements qui portent ensuite le toxicodendrol sur les parties du corps non directement touchées. II peut y avoir cependant transmission de personne à personne, par les écoulements des plaies. Toutes les personnes ne sont pas également susceptibles à l'herbe à la puce ; un bon nombre peuvent la manier impunément. Les oiseaux mangent ses fruits, et les feuilles sont souvent broutées par les bestiaux, sans résultat apparent (source).

Comment la reconnaître ?

C'est une petite plante au sol (mais qui peut également prendre la forme grimpante, dans ce cas c'est une espèce apparente, la variété radicans) terminée par 3 feuilles. Ces trois feuilles sont luisantes et légèrement dentelées (référez-vous à la photo pour l'apparence typique).

Comment se guérir en cas d'infection ?

Les lavages à l'eau n'enlèvent pas l'huile. II faut brosser vigoureusement les parties affectées avec de l'eau et du savon de castille (pour dissoudre le toxicodendrol). Le mode le plus efficace est de frotter énergiquement et à plusieurs reprises avec une solution alcoolique d'acétate de plomb. L'application doit être faite sans retard, car une fois les premiers symptômes apparus, il n'y a plus qu'à laisser la guérison s'opérer d'elle-même. Nous ne dirons rien ici des innombrables remèdes populaires qui paraissent aussi inefficaces les uns que les autres. Le plus raisonnable semble être l'usage du « soda à pâte » (bicarbonate de soude), agent saponificateur du toxicodendrol, que les flotteurs de bois de la Nouvelle-Angleterre portent avec eux pour s'en servir à l'occasion.

Quant à moi, j'ai fini par comprendre, j'ai pris une douche en me frottant énergiquement avec un savon exfoliant. Ensuite, je me suis concocté la lotion suivante :

  • 2/3 hydrolat de menthe poivrée
  • 1/3 vinaigre de cidre dans lequel ont macéré des feuilles de plantain (efficace apparemment dans ce cas), des fleurs de calendula, de camomille et de lavande
  • Quelques gouttes d'huile essentielle de lavande

Le tout mis dans un vaporisateur. Après lecture sur le sujet, j'ai ajouté à la lotion du bicarbonate de soude pour un effet accru.

(La suite est tirée de cet excellent site)

Les médecines populaires

Temporisent
Les médecines populaires gagnent du temps. Pour soulager les démangeaisons, elles suggèrent des bains et compresses d'une solution d'eau et de soda à pâte (bicarbonate de soude) agent saponificateur du toxicodendrol.

La calamine
La gentille lotion rose et ses cousines adoucissantes et rafraîchissantes, appliquées contre les irritations superficielles de la peau, inspirent confiance.

Impatiente du cap - Impatiente du cap - Chou sauvage - (Cape Touch-me-not).
Le suc abondant des tiges écrasées de l'impatiente du cap est supposé guérir les effets de l'herbe à la puce.

Plantain majeur- Plantago major - Plantain majeur - Grand Plantain - (Common Plantain).
On applique les feuilles du plantain majeur sur les inflammations. Dans la tradition québécoise, il existe d'innombrables autres remèdes pour prévenir et guérir l'herbe à puce. Apparemment, ils sont plus inefficaces les uns que les autres.


La médication sous ordonnance : la cortisone

les comprimés : étendent la guerre chimique à l'ensemble de l'organisme.
l'onguent : le corps gras active l'écoulement des lésions.

Comment s'en débarrasser ?

Pour combattre cette plante il faut la déraciner, car toute autre mesure demanderait à être répétée et continuée longtemps. On détruit les tiges en les arrosant avec un mélange d'une partie d'acide sulfurique commercial dans seize parties d'eau.