Le calendrier continue à faire des siennes, il me semble qu'il va plus vite qu'à l'habitude ! Je suis absente de chez moi pour toute la semaine suivante encore, ce qui fait que je mets tout en mon possible pour terminer mes préparatifs savonniers en fin de semaine. Après, il sera trop tard !

En voici un qui a terminé sa cure mais dont je n'avais pas encore parlé. Ici encore j'ai introduit du lait de chèvre comme partie majeure du mélange de soude. Il existe quelques façons d'inclure du lait dans un savon.

  • En poudre : il s'agit de le délayer dans un peu de liquide. Personnellement, j'utilise du lait de chèvre en poudre, que je mélange selon la proportion 1 poudre / 3 eau.
  • Vous pouvez l'ajouter à la trace, en vous assurant de déduire la portion de liquide du mélange de soude (on suggère 30% maximum). Je n'aime pas cette façon de faire personnellement car le résultat me semble toujours moins évident. J'ai dû jeter des recettes car le liquide ne s'était pas correctement mélangé à la pâte de savon : je me suis promise que ça n'arriverait plus !!!
  • Vous pouvez l'ajouter également au mélange de soude comme portion du liquide. Par contre, pour éviter que le lait ne cuise par la chaleur de la soude, il faut le faire congeler. Pour ma part, je le fais congeler en glaçons, que je mélange avec une portion eau (ça peut varier mais je m'assure qu'il y a assez de liquide pour commencer pour permettre au NaOH de bien se dissoudre - ça commence à fondre assez rapidement pour permettre quand même de garder une grande proportion de glaçons versus liquide, à vous de tester).
  • Lors de l'ajout du NaOH au liquide + glaçons de lait, vous verrez le mélange virer au jaune flamboyant. C'est normal. Il se forme également des particules sur le dessus et sans en être tout-à-fait certaine (je m'assurerai de vérifier cette information auprès d'un ami docteur en génie chimique qui s'y connait), je pose l'hypothèse qu'il pourrait s'agir de particules de savon formées par le NaOH et le gras du lait.
  • Lors de l'ajout du mélange de soude aux huiles, la couleur jaune disparaîtra et laissera une couleur crémeuse au savon (évidemment ça dépend de votre mélange d'huiles mais avec palme, coco et olive + 30% huiles insaturées, c'est ce que ça donne) que personnellement je trouve absolument de mise.

PC093722_copyPour le Pavé aux fraises et lait de chèvre présenté dans la photo ci-jointe, j'ai intégré au mélange des cynnorhodons broyés (à la trace dans environ 250 mL du mélange). J'aurais bien aimé faire un effet marbré, mais la pâte était déjà rendue trop épaisse lors du mélange et tout est resté en surface. On dirait un gâteau au fromage ! GrandSourire

Le savon contient bien entendu du lait de chèvre, mais aussi des huiles de coco (18%), palmiste (14%), son de riz (11%), soya (7%), pépins de raisins (8%), amande douce (9%), olive (26%) et beurre de karité (7%) - il est surgraissé à 9%. Finalement, je l'ai parfumé avec un soupçon de fagrance à la fraise, et ce seulement sur la couche supérieure contenant les cynorrhodons. Que voulez-vous, j'ai horreur des savons parfumés à l'excès de fragrances chimiques.

Sur cette même photos, vous remarquez la présence d'une bougie de massage faite maison dont je donnerai la recette dans un prochain billet.

Bon samedi !

ZenBiloba

Pour la liste complète des produits présentés sur ce site, cliquez ici. Je vous demande de respecter tous les efforts que je mets à écrire ces textes. Ainsi, si vous désirez utiliser l’information contenue ici ou y référer, veuillez mettre un lien direct à celui-ci et assurez-vous d’indiquer très clairement la source. Il est néamoins interdit d'utiliser mes photos sans autorisation.