Dans la fabrication de petits soins de beauté personnels, plusieurs s'inspirent de recettes trouvées sur internet ou dans des livres provenant d'autres pays que celui où l'on habite. Certaines font la commercialisation de leurs produits, en respect ou non de la législation en vigueur. Question de choix.

Par contre, ce qui a capté mon attention lors de mes dernières recherches, c'est l'existence, au Canada, d'une liste dite "liste critique" d'ingrédients dont l'utilisation est restreinte ou interdite. Ces ingrédients incluent certaines huiles végétales, huiles essentielles et composantes dites "naturelles". Que j'utilise moi même parfois d'ailleurs.

Voilà une excellente occasion de s'y conformer, soit en s'informant (et moi en vous sensibilisant !).

Voir la liste critique intégrale ici. Je reprends ici bas quelques ingrédients rencontrés parfois dans les cométiques maison ou dits naturels et pour lesquels le Canada restreint l'utilisation. En bref, je dirais qu'il y a peu d'ingrédients habituellement utilisés dans les cosmétiques naturels qui sont visés par une restriction ou une interdiction. Ceux qui le sont sont toxiques de toute façon ou encore ils ont des effets indésirables, on s'en doute hein. Ne prenez donc pas ces indications à la légère puisqu'elles concernent la santé des personnes qui utilisent les produits. On a tendance parfois à penser que le gouvernement est influencé par le lobbying des grosses compagnies pharmaceutiques & cosmétiques etc., mais dans ce cas, elles sont également tenues de respecter ces indications. Voilà d'ailleurs la raison pour laquelle tout fabricant de cosmétiques au Canada est tenu de fournir la recette de l'ensemble de ses produits à Santé Canada : ils vérifient que la composition des produits respectent notamment ces restrictions, pour le bien de la santé des consommateurs. On le répètera jamais assez, c'est pas parce que c'est considéré "naturel" que c'est sans danger hein... Voir également le très complet post de Lutin au sujet des précautions à prendre avec certains ingrédients.

***********************************************************

Acides alpha-hydroxylés (AAH) (comprenant, sans s’y limiter, les composés suivants : citric acid (acide citrique) (77-92-9), glycolic acid (acide glycolique) (79-14-1), lactic acid (acide lactique) (50-21-5), malic acid (acide malique) (69-15-7), acide glycolique + glycolate d’ammonium, acide alpha-hydroxyéthanoïque + alpha-hydroxyéthanoate d’ammonium, acide alpha-hydroxyoctanoïque, acide alpha-hydroxycaprylique, acide hydroxycaprylique, acides mixtes de fruits, triple acide de fruits, tri-alpha-hydroxy acides de fruits, complexe d’alpha-hydroxy et d’extraits de plantes, L-alpha-hydroxy acide et glycomère d’acides gras réticulés (tri-AAH) (1,2).)

L’utilisation d’AAH permise à des concentrations égales ou inférieures à 10%. Le pH du produit doit être plus grand ou égal à 3.5. Les bombes de bain peuvent contenir plus de 10% d’acide citrique. Il est possible que certaines préparations contenant des concentrations d’AAH supérieures à 10 % soient autorisées si le fabricant démontre leur innocuité, indique leur pH, et fournit le mode d’emploi. L’étiquette d’un produit cosmétique contenant des AAH doit comporter une mise en garde du type suivant: « Suivre le mode d’emploi, éviter tout contact avec les yeux, avant toute exposition au soleil, il est recommandé d’appliquer un écran solaire sur les régions où l’on a appliqué un produit contenant des AAH. Si l’irritation persiste, cesser l’utilisation et consulter un médecin. » L’étiquette d’une produit contenant des concentrations élevées de AAH doit aussi comporter la mise en garde du type suivant: « le contact du produit avec la peau doit être de fréquence et de durée limitées. »

Cette explication porte un peu à confusion... Doit-on ainsi indiquer sur l'étiquette des bombes de bain la précaution telle que précisé ici haut ? Ou est-ce permis d'utiliser plus de 10% dans les bombes de bain mais en indiquant la précision sur l'étiquette ? Ce serait éventuellement à clarifier avec SC...

Acide borique (INCI: Boric acid) et ses sels, incluant le Borate de sodium (borax) : La concentration maximale permise est de 5 %. Une mise en garde du type suivant doit apparaître sur l’étiquette: « Ne pas utiliser sur de la peau éraflée ou abrasée, ne doit pas être utilisé par des enfants de moins de 3 ans. » La mise en garde n’est pas requise lorsque l’acide borique est utilisé comme correcteur d’acidité, à des teneurs inférieures ou égales à 0,1 %.

Camphre (INCI: Camphor) : La concentration maximale permise est de 3% - cela inclut les cristaux de camphre intégrés à un baume du tigre par exemple.

Citrus Reticulata, huile de feuille de mandarine : La concentration maximale permise dans les préparations sans rinçage est de 0,1%.

Huile tirée des graines de Laurus nobilis L., Laurier noble : Utilisation interdite

Huile d'Eucalyptus : Autorisée à des concentrations égales ou inférieures à 25 %.

Huile de Inula helenium, Grande aulnée : Utilisation interdite

Rétinol (INCI: Retinol) (Vitamine A) et ses esters; acétate de rétinyle (INCI: retinyl acetate), palmitate de rétinyle (INCI: retinyl palmitate). La concentration maximale permise est de 1%.

Talc : L’étiquette intérieure et extérieure d’une poudre pour bébé doit comporter une mise en garde du type suivant: « Garder hors de portée des enfants, et tenir la poudre éloignée du visage de l’enfant afin d’éviter l’inhalation qui pourrait causer des problèmes de respiration. »

*********************************************************

Informations tirées du site internet de Santé Canada. Un autre article ici cite quelques ingrédients dangereux, avec des explication très intéressantes. Finalement, Le Flacon fait une version européenne de ce billet.